Anatomie

5.  L'APPAREIL RESPIRATOIRE

Schéma en vue latérale, des systèmes trachéens céphalique (A) et thoracique (B) de Locusta migratoria migratorioides (d'après F.O. ALBRECHT, 1953)

a, b : trachées céphaliques supérieures, ca : sac aérien céphalique, c, d : trachées céphaliques médianes, e : tronc trachéen céphalo-thoracique, p1, p2, p3 : zones d'insertion des pattes, s1, s2 : 1er et 2e stigmates thoraciques, sI, sII : 1er et 2e stigmates abdominaux, t : sac aérien thoracique principal, m : sac aérien mandibulaire.

Les acridiens respirent par un système de tubes d'origine ectodermique, les trachées. Ces trachées atteignent tous les organes et s'ouvrent vers l'extérieur par des stigmates, au nombre de dix paires à raison de deux sur le thorax et de huit sur les huit premiers segments abdominaux.

Un stigmate est formé d'un sclérite annulaire, muni d'une valve donnant accès à une chambre appelée ATRIUM ou vestibule sur laquelle débouchent les trachées. La valve est formée de deux lèvres sclérifiées dont l'une est mobile et l'autre fixe.

Les trachées sont des tubes élastiques très ramifiés, apportant de l'air à tous les organes internes. Elles sont revêtues intérieurement de cuticule, renforcée de filaments élastiques spiralés, les TAENIDIES qui les maintiennent béantes. Les gros troncs trachéens communiquent entre eux par des anastomoses transversales, puis se divisent en un réseau de trachées secondaires. Elles se terminent au niveau de minuscules cellules étoilées ou trachéoblastes qui sont à l'origine des trachéoles (taille de l'ordre du micron).

Les trachées ont leur origine dans l'invagination du tégument. Elles participent à la mue. Elles présentent par endroit de larges dilatations membraneuses : les sacs trachéens ou sacs aériens. Ceux-ci se remplissent et se vident alternativement d'air lors des mouvements d'inspiration et d'expiration.

A-B : Schéma du système trachéen abdominal de Locusta migratoria migratorioides, en vue dorsale (A) et en vue latérale (B) (d'après F.O. ALBRECHT, 1953).
a : sac aérien abdominal, d : tronc trachéen dorsal, e : épiprocte, g : trachées alimentant l'appareil génital, l : tronc trachéen latéral, sI-sVIII : stigmates abdominaux, t : sac aérien thoracique principal, td : trachées alimentant le tube digestif, v : tronc trachéen ventral, 1-10 : segments abdominaux.

C-D : Schéma d'un stigmate abdominal de Schistocerca gregaria en vue externe (C) et en coupe transversale (D) (modifié de K.R. KARANDIKAR, 1939).
a : valve antérieure, at : atrium, o : orifice de l'atrium, ot : orifice trachéen, p : valve postérieure, t : trachée, tg : tégument.

Les principaux troncs longitudinaux forment deux systèmes dans le thorax :
  – le système ventral dessert la chaîne nerveuse ganglionnaire et les muscles sternaux,
  – le système dorsal irrigue la tête, les appendices ambulatoires, les ailes et la musculature dorsale.

L'oxygène est diffusé par contact trachée-trachéole-organe. Ce système d'oxygénation est archaïque car l'air ne circule pas en circuit forcé et la pénétration de l'oxygène jusqu'aux organes est difficile. L'anhydride carbonique est éliminé par la même voie,à laquelle s'ajoute celle de l'hémolymphe.

Les stigmates demeurent fermés et ne s'ouvrent que le temps nécessaire à la respiration pour limiter les pertes en eau.

 
© Cirad 2007 • Nous contacter