Éthologie

5.  LE COMPORTEMENT DE PONTE

La majorité des espèces pond dans le sol.

5.1.  LE CHOIX DU SITE DE PONTE

Pour les criquets qui forent le sol afin d'y déposer leurs œufs, le choix du terrain a une grande importance. La femelle recherche un site de ponte propice en fonction de caractères particuliers : dureté du sol, exposition au soleil, teneur en eau, texture, présence de sels minéraux. Les valves génitales et les cerques sont équipés en sensilles capables d'apprécier les qualités physiques, chimiques et physicochimiques du substrat.

5.2.  LE FORAGE

Une femelle prête à pondre est agitée. Les valves de l'oviscapte s'ouvrent et se referment alternativement. Elle se dresse très haut sur ses pattes antérieures et moyennes. L'abdomen est fortement arqué, son extrémité est dirigée perpendiculairement à la surface du sol. Les valves sont serrées. Elles pénètrent dans le substrat sous la poussée de l'abdomen, puis s'écartent pour élargir le trou. L'alternance des mouvements d'ouverture et de fermeture des valves combinée à la force de pénétration de l'abdomen permet le forage. Ce travail est rapide et aisé dans les sols meubles, plus long et plus difficile dans les sols compacts. La distension de l'abdomen peut atteindre trois fois sa taille au repos. L'extension se produit aux dépens des membranes intersegmentaires 4 à 8. Les parois du trou sont ensuite égalisées par des mouvements de torsion de l'extrémité abdominale.

Vue schématique de l'extrémite abdominale d'une femelle de Dociostaurus maroccanus au cours de la ponte (A) et quatre stades de l'émission des œufs (B) (d'après G. PAOLI, 1937a,b)

a : apodèmes des valves dorsales, o : œuf, ov : oviducte, r : rectum, s : spermathèque vd-vi-vv : valves dorsales, internes et ventrales de l'oviscapte, VIII-XI : segments abdominaux.

Le diamètre et la profondeur du forage varient en fonction de l'espèce. Sa forme est très souvent recourbée vers l'arrière. Quelques rares Acridinae, comme Chortoicetes terminifera, adaptent la forme de leurs oothèques et la profondeur de leur enfouissement dans le sol en fonction du climat. En saison chaude et humide, les pontes sont longues et enterrées assez profondément dans le sol. En saison fraîche et sèche, les pontes sont petites, recourbées et déposées près de la surface du sol pour profiter de l'échauffement de la couche superficielle de sol, ainsi que de la rosée ou de petites pluies occasionnelles.

5.3.  LA PONTE

La femelle dépose de la matière spumeuse produite par les glandes accessoires, les calices et les oviductes. Ensuite, les œufs sont émis régulièrement suivant une disposition symétrique propre à l'espèce. La ponte se termine par un deuxième dépôt spumeux plus important que le précédent pour former le bouchon spumeux qui coiffe la masse des œufs. L'oviposition dure de une demi-heure à une heure. Chez certains Oedipodinae, la femelle frappe alternativement avec l'une ou l'autre des pattes postérieures pour boucher le trou (damage). Les Catantopinae raclent la terre avec les valves de leur tarière.

 
© Cirad 2007 • Nous contacter