retour ...
Criquet pèlerin
Criquet migrateur
Criquet nomade /
Criquet rouge
Criquet arboricole
 
Criquet sénégalais

Les criquets ravageurs

Anacridium spp.

Famille : Acrididae

Sous-famille : Cyrtacanthacricfinae

Nom commun : le Criquet arboricole

Les Anacridium sont remarquables par les essaims sombres et denses qu'ils forment et que l'on voit perchés le jour sur des ligneux, d'où le nom commun de Criquet « arboricole » qui est attribué.

Ce groupe se compose d'une douzaine d'espèces, dont quelques unes ont une certaine importance économique. Ce sont :
  • A. aegyptium (Linné, 1764) ou Criquet égyptien, qui vit en zone méditerranéenne et jusqu'au Moyen-Orient ;
  • A. melanorhodon (Walker, 1870) et A. wernerellum (Karny, 1907), en Afrique sahélienne et soudanienne ;
  • A. arabafrum Dirsh, 1953, en Afrique de l'Est et en Arabie ;
  • A. moestum (Serville, 1838), en Afrique du Sud.

Ces espèces se reconnaissent entre elles par de légères différences morphologiques et pigmentaires mais l'allure générale reste la même. Les imagos sont de grande taille, de forme élancée, de couleur grise ou brune, jamais verte, avec de fines antennes longues et noires, des yeux bruns et striés, de longues élytres, des ailes à base rose violacé et à extrémité plus ou moins fortement enfumée.

Certains Criquets arboricoles appartiennent à la catégorie des locustes mais leur grégariaptitude est très peu accusée. Par rapport aux solitaires, les grégaires se remarquent par la réduction de la différence de taille entre mâles et femelles et par une couleur plus sombre. Ils constituent des essaims très denses, d'importance variable, nomadisant sur de faibles distances à la tombée de la nuit. Les larves, d'abord géophiles, deviennent ensuite nettement arboricoles. Les larves isolées, vertes ou brunes, développent une pigmentation sombre sur une teinte de fond jaune vif quand elles sont groupées.

La biologie et l'écologie des Anacridium sont plus ou moins connues chez les différentes espèces et varient en fonction des zones écoclimatiques de leur aire de distribution respective.

Anacridium aegyptium est univoltine avec une diapause imaginale en hiver. La ponte a lieu au printemps, le développement larvaire en été et les premiers imagos apparaissent à l'automne. L'espèce se rencontre dans des bosquets clairs, des cultures et des vergers.

Anacridium melanorhodon ou Criquet arboricole du Sahel, est également monovoltine avec une diapause imaginale en saison sèche. Ponte en juin-juillet, développement larvaire en août et septembre, émergence en début de saison sèche. L'acridien colonise les fourrés à Acacia et à Balanites dans des formations herbeuses basses ou dans des cultures mésoxérotrophes.

Anacridium wemerelium ou Criquet arboricole du Soudan, se rencontre le plus fréquemment dans sa forme isole, dans des savanes arborées à Zizyphus, Balanites et Acacia. Il se pourrait que l'espèce développe au sud de son aire de distribution, en Tanzanie, deux générations par an et une diapause imaginale en saison sèche.

Anacridium arabafrum se rencontre dans la partie la plus orientale de l'aire de distribution du genre. La ligne de partage d'avec les habitats d'A. melanorhodon se situe au Soudan. L'écologie, le comportement, le cycle biologique de ses deux espèces sont très ressemblants.

Anacridium moestum est l'espèce la plus méridionale. Elle se rapproche morphologiquent de A. wemerellum mais peu de choses sont connues sur cet acridien. Toutefois, quelques ravages importants ont été attribués à cet acridien sur les fruitiers en Afrique du Sud.

Les Criquets arboricoles sont des ravageurs occasionnels importants des arbres fruitiers, des agrumes, des cultures céréalières comme le maïs, le riz, le sorgho, le manioc et le coton. En zone tropicale, parmi les ligneux, ce sont les acacias producteurs de gomme arabique qui sont les plus touchés et de façon chronique par des essaims d'imagos nomadisants en saison sèche. Certains pays comme le Soudan les combattent régulièrement mais la lutte est difficile à cause des fréquents déplacements nocturnes des essaims et de l'accessibilité très réduite des biotopes boisés de ces acridiens. Quant aux larves, elles ne peuvent être efficacement traitées que lorsqu'elles sont âgées, grégaires, localement regroupées.

Morphologie générale

Taille : mâle de 57 à 80 mm de long, femelle de 74 à 95 mm.

Coloration générale du corps

Coloration des ailes

Présence d'un tubercule prosternal

 
© Cirad 2007 • Nous contacter